Amin MAALOUF

 

LE DÉRÈGLEMENT DU MONDE

L’humanité va mal. Amin Maalouf  n’est pas le premier à l’écrire. Humaniste éclairé, il se penche au chevet de deux ensembles culturels qu’il chérit également, analysant d’un côté la perte des valeurs, de l’autre l’indigence morale qui frappe le monde arabe. Il n’y voit pas qu’un dérèglement, mais plusieurs, qui concernent le climat, l’économie, la culture. Et comme il revendique chez lui «un fond de responsabilité», il cherche des solutions possibles. Elles passent évidemment par la culture. «Il faut repenser la consommation et se dire qu’il peut y avoir des modes de satisfaction de la personne humaine issus de la consommation immatérielle et de l’acquisition de connaissances. Je ne peux penser autre chose, moi qui viens d’une famille où il y avait des enseignants, des journalistes, des écrivains. C’est pourquoi je trouve qu’une société qui dévalorise ses enseignants est une société en crise.»

A l'âge des scissions idéologiques qui suscitaient le débat succède celui des divisions identitaires, où il n'y a plus de débat. Islam et Occident : les deux discours ont leur cohérence théorique, mais chacun, dans la pratique, trahit ses propres idéaux.


Cet essai a l'avantage de délivrer un point de vue sans vouloir à tout prix convaincre et il laisse une belle part à chacun pour y trouver ce qu'il cherche.